Espace privé Agenda Contact
 

BVD : un plan d’éradication pour la France continentale

Un arrêté publié le 1er août 2019 au Journal Officiel détaille les modalités de surveillance et de lutte contre la maladie des muqueuses/diarrhée virale bovine (BVD) dans le cadre de la mise en place de la première étape du programme d’éradication de la BVD (arrêté du 31 juillet 2019 fixant des mesures de surveillance et de lutte contre la maladie des muqueuses/diarrhée virale bovine (BVD)).

 

Les objectifs de ce programme sont de :

1/ collecter des données épidémiologiques sur le statut des troupeaux vis-à-vis de la BVD ;

2/ assainir les troupeaux infectés par l’élimination systématique des animaux infectés permanents immunotolérants (IPI) ;

3 / appliquer des mesures de restriction aux mouvements des IPI et des animaux infectés ou susceptibles de l’être.

 

S’agissant du premier volet, la surveillance des troupeaux s’effectue :

  • soit par une recherche directe du virus BVD sur tous les veaux à la naissance lors d’un prélèvement auriculaire réalisé au moment de la pose de la boucle d’identification ;
  • soit par une analyse sérologique sur lait de mélange à minima semestrielle ;
  • soit par analyse sérologique sur sérum de mélange une fois par an.

En cas d’analyse(s) sérologique(s) défavorable(s), les IPI (infectés permanents immunotolérants) seront recherchés dans le troupeau.

 

Pour le second volet, le troupeau est reconnu infecté de BVD lorsque des dépistages mettent en évidence une circulation virale ou la présence d’au moins un animal reconnu IPI ou infecté dans le troupeau. Dans ce cas, les mesures d’assainissement suivantes doivent être appliquées :

  • dans le mois qui suit la notification de l’infection, tous les animaux doivent être dépistés par une recherche directe du virus ;
  • les animaux infectés doivent être éliminés le plus rapidement possible (< 15 jours) vers un abattoir ou par euthanasie.

Le dépistage par une recherche directe du virus BVD à la naissance doit être poursuivi pendant 12 mois après l’élimination du dernier porteur de virus mis en évidence.

 

Pour le dernier volet du programme, la sortie des animaux d’un élevage infecté de BVD doit observer les règles suivantes :

  • la sortie des animaux reconnus IPI n’est possible que pour un transport direct vers l’abattoir ;
  • la sortie des animaux vers un autre élevage ne sera possible qu’après l’élimination  du dernier animal porteur de virus. Dans le mois suivant l’élimination du dernier porteur, les animaux destinés  à un autre élevage devront être soumis à un dépistage virologique avec résultat favorable dans les 15 jours précédant leur sortie du troupeau.

 

Des mesures complémentaires de vaccination pourront être prises dans les troupeaux infectés, dans les troupeaux en lien avec un troupeau infecté ou dans les troupeaux situés dans une zone dans laquelle ‘le virus circule’.

 

Les GDS sont désignés maîtres d’œuvre de ce plan et ont la responsabilité de la délivrance des appellations en matière de BVD. Les vétérinaires sanitaires sont chargés des prélèvements de sang. Les laboratoires d’analyses agréés doivent notifier immédiatement les résultats défavorables.

 

Une instruction technique de la DGAL viendra, courant septembre, compléter cet arrêté avec un cahier des charges d’application. Les frais engendrés par les mesures prévues dans ce plan sont à la charge des éleveurs.

Cet arrêté est entré en vigueur le 2 août 2019. Il ne s’applique pas à la Corse ni aux territoires d’outre-mer, sauf demande du préfet après avis du CROPSAV.

 

 

Source : B.O. agri