Espace privé Agenda Contact
 

Avortements des ruminants : 2 nouveaux projets de recherche en Corse grâce au dispositif Oscar

En marge du dispositif Oscar (surveillance des causes infectieuses aux avortements dans les filières ruminants), la FRGDSB20 vient de lancer deux  dispositifs de recherche.

Il s’agit d’une part du projet LeptoCoxOscar conduit en partenariat avec l’UMR Epidémiologie des maladies animales et zoonotiques et l’équipe de recherche sur la Leptospirose (USC INRA/VetAgro Sup), et 2 autres GDS des départements des Deux-Sèvres et du Puy-de-Dôme. Ce projet bénéficie du soutien financier de GDS France.

D’autre part, la FRGDSB20 lance le projet Vagibiome avec l’UMR Epidémiologie des maladies animales et zoonotiques (sous tutelles INRA/VetAgro Sup).

 

Le projet LeptoCoxOscar : la leptospirose et la fièvre Q en ligne de mire


Un projet, deux volets…

 

Le premier volet, Leptospirose, a pour objectifs :

  • au niveau de l’élevage, de déterminer si des animaux ont été exposés à l’agent de la leptospirose dans les mois précédents l’épisode abortif ;
  • au niveau de l’ensemble des élevages testés dans les 3 régions en France, de disposer de critères environnementaux (ex : type de sol ou proximité d’un cours d’eau) et zootechniques (ex : période de pâturage par année ou type de logement des animaux) pour qualifier le risque d’exposition des élevages.

 

A partir des prises de sang réalisées dans le cadre du dispositif Oscar, une analyse sérologique supplémentaire sera réalisée afin de déterminer si les animaux ont été exposés à l’agent de la leptospirose dans les mois précédents. Un questionnaire sur les caractéristiques environnementales et techniques sera ensuite administré dans une sélection d’exploitations.

 

Le second volet a pour objectif d’étudier la présence de Coxiella burnetii, bactérie responsable de la fièvre Q, dans l’environnement (bâtiments) des élevages de ruminants. Cette étude vise à acquérir des informations particulièrement utiles à l’évaluation des niveaux de contamination des élevages et de l’efficacité des mesures de maîtrise, grâce à une meilleure connaissance :

  • du niveau de présence de la bactérie dans les poussières des bâtiments d’élevage de ruminants ;
  • de la quantité de bactéries détectée dans les échantillons positifs selon que des avortements ont été imputés à la fièvre Q ou non et, sous réserve d’obtention de financement, de leur diversité génétique et de leur viabilité.

 

Les échantillons collectés, des chiffonnettes contenant les poussières des bâtiments d’élevage, pourront également être utilisés pour rechercher d’autres micro-organismes (exemples : mycoplasmes, paratuberculose) ainsi que pour développer et valider de nouveaux tests de diagnostic.

 

Le projet Vagibiome


L’enjeu des études sur le microbiome de l’appareil reproducteur est de préserver la santé reproductive des ruminants : des études sont nécessaires pour estimer si certaines flores sont plus bénéfiques que d’autres vis-à-vis des pathologies de la reproduction. Les objectifs du projet Vagibiome sont :

  • d’estimer la capacité de l’approche métagénomique à détecter les germes mis en évidence par le protocole Oscar ;
  • de mettre en évidence des agents pathogènes et/ou des profils de flore microbienne présents chez des femelles pour lesquelles l’étiologie de l’épisode abortif n’a pas été élucidée.

 

En pratique, s’il n’a pas servi pour la recherche brucellose, l’un des écouvillons vaginaux réalisés dans le cadre du dispositif Oscar sera conservé par le laboratoire Corse puis envoyé à l’UMR EPIA. Certains échantillons seront ensuite sélectionnés pour analyse métagénomique. Des analyses complémentaires visant à identifier des agents pathogènes spécifiques pourront être effectuées selon les résultats obtenus.

 

 

Ces dispositifs sont désormais opérationnels en région Corse. Pour plus de renseignements, vous retrouverez tous les documents relatifs à ces projets dans votre espace privé !